Et l'école dans tout ça ?

15/03/2018

Avoir un enfant porteur de handicap ne rentre pas forcement dans les cases de l'éducation nationale. 
Je ne jette pas la pierre aux enseignants qui ne sont pas formés à cela et qui se retrouvent du jour au lendemain seuls face à une classe de 30 élèves... 

Mais du coup que faire de nos enfants dans ce cursus ? 
Et bien finalement cela dépend en grande partie de l'école dans laquelle vos enfants sont inscrits et de son/sa directeur(trice). 


Mon fils aîné arrive à compenser ses lacunes grâce à son haut potentiel et il suit une scolarité normale avec uniquement un PPS (Projet personnalisé de scolarisation) pris en compte que par la moitié de ses professeurs... Son travail est en dent de scie mais il s'accroche et c'est le principal.


Mon deuxième fils, dont le handicap est assez important dans les apprentissages, nécessite des aménagements scolaires très personnalisés.
Nous avons opté, depuis quelques mois maintenant, pour une scolarisation à mi temps avec présence de son AVS couplée à une instruction en famille (école à la maison) le reste du temps. Cela n'est pas forcément accepté par les écoles mais il me semble que c'est pourtant la meilleure des solutions.
En effet mon fils peut ainsi garder contact avec ses copains, prendre part aux règles de la collectivité, mais aussi avoir le privilège de travailler en dualité à la maison et au calme. 
Cela nous permet aussi d'aller aux rendez-vous médicaux beaucoup plus librement qu'en cas de scolarisation à temps plein. 


Je dois me battre lors des réunions de l'équipe éducative pour faire accepter notre choix auprès du médecin scolaire, du psychologue scolaire et de la référente MDPH qui voient cela d'un mauvais œil.Ils sont pour leur part favorable à un passage en classe ULIS (unités localisés pour l'inclusion scolaire). Seul son enseignante est de mon côté pour le moment mais elle m'a bien fait comprendre que ça ne durerait pas éternellement.

Les ULIS sont des classes d'enfants différents au sein même d'une école de cursus normal. Cela permet aux enfant de pouvoir apprendre à leur rythme tout en étant dans une école dites "normale" avec ses règles et ses objectifs.


Il est pour moi inconcevable de mettre mon fils en ULIS. D'une part car ça le ferait changer d'école et il se ferme totalement au changement. Et d'autre part car il est très sensible au handicap de l'autre et vit cela assez mal. Si je dois prendre une décision dans les mois à venir ce sera pour l'IEF à temps plein. 

Le tout est de trouver son équilibre, ce qui convient à chacun. Le but dans tout cela c'est que l'enfant prenne plaisir à apprendre. Que ce soit en cursus normal, en ULIS, IME ou ITEP ça dépend vraiment de l'enfant, des parents et de la structure. 

N'hésitez pas à vous renseigner, à visiter et à questionner les établissements. Ils sont en général d'une grande écoute face à nos peurs. 

Je suis là aussi si vous avez besoin d'aide dans vos choix ou de conseils, ici sur le blog ou sur ma page Facebook. L'entraide est le meilleur des atouts :-) 

Amicalement,

Lily